• Luc Mauvarin nous narre son exploit : 100kms à pied sans dormir au profit de l' ONG Oxfam

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Dans nos villes bétonnées , ce guide explique clairement les richesses insoupçonnées qui sont sous nos pieds. A Chaville , la situation de l'avenue Roger Salengro doit nous interroger . Nous devons agir pour lutter contre l'artificialisation et l' imperméabilisation de son revêtement pour différentes raisons

    • esthétiques,
    • gestion des eaux pluviales (retenir l'eau en amont , par infiltration)
    • reconstitution des nappes phréatiques (l'eau retourne à la terre et est filtrée par les différentes couches géologiques)
    • reconstitution de la biodiversité (renouveau  de la faune et de la flore)

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  Parce qu'elles ont dans le passé abrité des entreprises manipulant du radium, des habitations doivent être décontaminées. Une opération coûteuse qui implique parfois de raser l'édifice.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Notre  ville a  environnement remarquable par sa beauté. La proximité de Chaville avec Paris, Versailles et des zones industrielles a marqué , voire violenté ses paysages. En toute lucidité , restons vigilants et agissons pour restaurer et préserver cette beauté fragile.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Gaston Bachelard dans " L'eau et les rêves "

    "Il y a des mots qui sont en pleine fleur,en pleine vie,des mots que le passé n'avait pas achevé, que les anciens n'ont pas connus aussi beaux,des mots qui sont les bijoux mystérieux d'une langue. Tel est le mot rivière. C'est un phénomène incommunicable aux autres langues.Qu'on songe phonétiquement à la brutalité sonore du mot river en anglais. On comprendra que le mot rivière est le plus français de tous les mots. C'est un mot qui est fait avec l'image visuelle de la rive immobile et qui cependant n'en finit pas de couler..."

     

    "...De même , le rire des eaux n'aura nulle sécheresse et, pour l'exprimer, comme des cloches un peu folles, il faudra des sons "glauques" qui sonnent avec une certaine verdeur. La grenouille, phonétiquement−dans la phonétique véritable qui est la phonétique imaginée—est déjà un animal de l'eau. C'est par surcroît qu'elle verte. Et le bon peuple ne s'y trompe pas qui appelle l'eau du sirop de grenouille: gribouille qui la boira! ..."

     

     

    Plaisirs des mares, rus et autres zones humides: extrait du film La clé des champs de Claude Nuridsany et Marie Pérennou

     


    La Clé des champs
    La Clé des champs Extrait vidéo VF

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une démarche de projet urbain pour une ville durable.

    Conférence de Thierry Maytraud, consultant en hydrologie urbaine, le 1er Juin à l'Atrium

    d'Irène Nenner  pour Chaville Environnement.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Actes du colloque organisé par Espaces en partenariat avec Natureparif

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un film de Colibris qui montre qu'un autre modèle d'agriculture , l'agroécologie, est possible même en ville  et qui soutient l'association Terre de liens.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un chèvrefeuille dans un pot qui illumine le trottoir. Héroïque! Merci l'artiste.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Quelques exemples de paysages Chavillois présentant des discontinuités écologiques qui pourraient être repensés et améliorés facilement.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Pourquoi cette campagne ?

    L’affaire des lasagnes de « boeuf » produites à base de cheval illustre parfaitement les errements d’une industrie agroalimentaire qui a rompu tous liens avec le vivant. Les animaux sont considérés comme des « sous-produits », le consommateur n’est qu’un porte-monnaie et l’environnement qu’une variable d'ajustement.

    La consommation mondiale de viande a plus que quintuplé en à peine 50 ans. Cette boulimie de produits carnés est un cas d'école qui soulève de multiples questions en lien avec la sauvegarde de notre planète et la survie de ses habitants. L'élevage et la pêche ont aujourd'hui des conséquences dramatiques pour les humains, les animaux et l'environnement. En plus de raisons morales, culturelles ou économiques, de nombreux arguments écologiques et sociaux plaident pour une nette modération de la consommation de viande.

    Recherchant la rentabilité à court terme, l’industrie agroalimentaire exploite et maltraite des animaux d’élevage. Mais nous sommes toutes et tous victimes de l’élevage industriel à des degrés divers : les pays du Sud, qui voient une grande partie de leurs terres monopolisées ; les consommateurs, qui ingèrent une nourriture de mauvaise qualité dont la consommation excessive prédispose à l'obésité et à diverses pathologies; les éleveurs, qui doivent supporter des conditions de travail très difficiles pour un revenu de plus en plus précaire.

    Sur le plan environnemental, l’eau, l’air et les sols ne peuvent supporter de si grandes concentrations d’animaux ; la biodiversité animale et végétale se réduit sous le poids d’une standardisation agricole extrême ; la production des produits animaux requiert énormément d’eau et d’énergie et rejette quantité de gaz à effet de serre.

    Des solutions existent mais vont à l'encontre d'intérêts économiques bien établis. Face à l’inertie des pouvoirs publics, de plus en plus de citoyens, personnalités et organisations se mobilisent afin de réclamer une alimentation plus diversifiée et moins carnée et favoriser un élevage respectueux du bien-être des animaux et de l’environnement.

    L'objet de cette campagne est d'engager et de soutenir une transition vers une agriculture paysanne et biologique, permettant aux agriculteurs de retrouver une activité valorisante et viable et de préserver l’avenir de la terre et de ses habitants, hommes et animaux compris.

    Chaville en transition  soutient cette campagne .  Toutes les informations sont accessibles sur le site ci-après:

    http://www.agirpourlenvironnement.org/campagne/elevage-industriel-tous-victimes

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sur le site du CG , les données suivantes sont disponibles   cliquer ici

     ou sur les thèmes

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Cet hiver, les arbres sur les talus ferroviaires sur la ligne Paris Saint Lazare -Chaville  ont été coupés de manière systèmatique et à raz, laissant aux riverains, aux passagers et aux Chavillois en général un spectacle de désolation. Chaville Environnement a réagi et a écrit à JJ .Guillet et à RFF. Réseau Férré de France est l'organisme public qui gère voies ferrées et talus pour la SNCF.  Ces différents échanges : courriers, article dans Chaville magazine, ont démontré l'attachement des Chavillois à leur environnement.

    Il est cependant possible de prévenir ces coupes en travaillant en amont en partenariat avec les différents organismes et services concernés.

    L'exemple de Vanves, commune de GPSO est très intéressant . Lors des ateliers d'élaboration du schéma de la Trame Verte et Bleue, les témoignages concordaient pour dire que la gestion des talus ferroviaires sur Vanves était un non-problème ! En effet, depuis 2009, la ville de Vanves a signé une convention avec RFF et fait entretenir les talus ferroviaires de la commune par l'association Espaces. Des jardins familiaux ont été installés . Le foncier est valorisé, la biodiversité se porte bien , la SNCF est satisfaite . Ces remarques confortent la proposition de Chaville en Transition d'investir davantage les talus ferroviaires quand ils sont facilement accessibles pour développer l'agriculture urbaine sous forme de jardins partagés.

     

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • ou comment calculer notre empreinte écologique positive .

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • il  y  a beaucoup de façons de participer à la transition énergétique.  L'investissement  en est une .  Avec Energie-partagée, vous avez maintenant cette possibilité de mettre  votre investissement  à  la disposition de projects locaux , citoyens d'énergies et de maitrise de l'énergie.

    L'investissement  Energie-partagée se décrit ainsi: 

    Rassembler les capitaux nécessaires au financement des installations portées par des structures mixtes réunissant habitants, collectivités et acteurs privés est le défi à relever!

    Avec Énergie Partagée, investissez dans les énergies renouvelables citoyennes. Porté par des acteurs reconnus des énergies renouvelables et de la finance solidaire   Énergie Partagée Investissement vous propose de souscrire des actions de 100 euros qui fourniront les fonds propres nécessaires aux projets locaux et citoyens de production d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique, avec possibilité d’orienter son investissement vers un projet en particulier.

    Pour souscrire des actions en ligne et découvrir les projets soutenus , rendez vous sur : 

    www.energie-partagee.org

     

    Le Mouvement Énergie Partagée 

    •La Charte Énergie Partagée, signée en mai 2010 par les fondateurs définit les valeurs du mouvement et engage l’ensemble des acteurs et des partenaires.

    •L’Association Énergie Partagée rassemble, sur tous les territoires, les organisations porteuses de projets citoyens d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique. Elle les accompagne dans la construction du projet (outils méthodologiques, partage de l’expérience, ancrage local et travail de réseau), en lien avec les collectivités locales.

    •Énergie Partagée Investissement (EPI) est l’outil financier solidaire au service du mouvement. C’est une Société en Commandite par Actions (SCA), qui gère et investit le capital souscrit par les actionnaires solidaires dans des projets citoyens de production d’énergie renouvelable et de maitrise de l’énergie.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires