• Ces villes qui sont passés au transport collectif gratuit (1ère partie)

    De nombreuses villes à travers le monde  ont, ces dernières années, instauré la gratuité totale ou partielle de leur réseau de transport en commun et d’autres réfléchissent à le faire, en Europe et en France particulièrement.

     

    A qui profite cette gratuité ? Comment est-elle financée ? Implique-t-elle une baisse de la qualité du service ? Incarne-t-elle une alternative face au dogme de la « consommation marchande » ? Réponses par les faits.

    « Il y a des endroits en France où monter dans le bus, c'est simple comme bonjour. Pas de ticket à acheter [même en première mondiale], pas de forfait hebdomadaire, mensuel,, annuel, quotidien, de tourisme ou de résidence, de senior, ou de scolaire, encore moins de carte à présenter devant un lecteur de puce plus ou moins réveillé. On monte à bord, on va où nos affaires nous appellent, on descend. Merci. Au revoir. »  

    http://isabelleloirat.over-blog.fr/article-ces-villes-transportees-par-la-gratuite-marianne-9-fevrier-2013-115245091.html

    1-Des expériences concrètes

    http://www.bastamag.net/Ces-villes-qui-experimentent-les

    A Aubagne, et dans sa communauté d'agglomération de l'Etoile, la gratuité n'est pas discrète. Les bus blancs sont barrés d'un énorme slogan : "Liberté, égalité, gratuité !"

    L'idée est venue à Aubagne   en allant étudier l'accès libre aux transports en commun à Gap et Châteauroux, villes pionnières, et pourtant gouvernées à droite ou au centre !. "Les jeunes me disaient : "M'sieur le Maire, ça se fera jamais". On l'a fait en 2009, ils ont été époustouflés, ils me remercient encore aujourd'hui dans la rue..."

    En trois ans de gratuité, le nombre de passagers transportés a augmenté de 178 % (4,8 millions de personnes par an). Et c'est le "versement transport" (1,08 % de la masse salariale à Aubagne) des entreprises, nombreuses sur le territoire, qui la finance grâce aux 2,2 millions d'euros récoltés. La somme dépasse même le "coût" de la gratuité, estimé à 1,6 million. Le Medef râle bien un peu. Mais à Marseille, où les passagers participent au prix du ticket, la taxe patronale est encore plus élevée, et les entreprises font la queue pour s'installer sur les zones industrielles de la communauté d'Aubagne.

    * A Gap,dans le chef-lieu des Hautes-Alpes. Ici, les autobus roulent presque par tous les temps. "Il faut au moins 15 cm de poudreuse pour qu'ils ne desservent pas les lignes" reconnait un Gapençais de rencontre sous l'Abribus. La "linea", comme on appelle ici le service public, est fidèle et gratuite .

    . Selon le maire et l’adjoint aux transports , la gratuité ce serait d'abord une bonne affaire."Cela ne coûte pas si cher que cela,  . "La recette de la billetterie ne nous rapportait que 80 000 euros par an, une misère. Parce que 80 % des usagers - les scolaires, les personnes âgées, les RMIstes - étaient dispensés de payer. On a économisé presque autant en évitant les frais de billetterie, l'investissement dans la monétique, les contrôles..."

    "La gratuité fait naître des revendications de la part des habitants qui se jugent mal desservis..." observe l'édile. Il a donc fallu mettre des limites et instituer un ticket modérateur : pour réserver un TaxiBus vingt-quatre heures à l'avance dans un lieu excentré, il vous en coûtera le "prix symbolique" de 1 Euro. Dernière trace de ce qui s'appelait la tarification."

    2-Les types de gratuité

     

    *Les types de gratuités : partielles (certains tronçons, certaines populations, heures ou jours déterminés etc..)  permettant en général de passer à la gratuité totale

    3-Avantages et inconvénients

    *Avantages : opérationnels de réductions des coûts de personnel et de certains équipements,

    L'augmentation de la demande qui résulte de la gratuité conduit par ailleurs à une augmentation de la fréquence des passages à condition que l'instauration de la gratuité s'inscrive dans un projet d'amélioration du transport public porté par la municipalité ou l'agglomération, redynamisation du centre-ville commerçant

    Avantages collectifs en termes de diminution de la pollution et amélioration de la santé, d’amélioration du trafic des voitures  et deux –roues

    *Inconvénients : les coûts engendrés, encore que les recettes actuelles ne couvrent de toute façon que d’une faible partie les dépenses

    *Perceptions et analyses :

    En milieu urbain, l’automobile mobilise en général 80 à 90 % des budgets publics consacrés aux déplacements (pour l'entretien des infrastructures routières notamment), les transports collectifs seulement 10 % environ. Dans ce contexte, un basculement sur les transports collectifs d’une partie des crédits affectés à l’automobile pourrait permettre de financer à la fois la gratuité des transports publics et l’augmentation de l’offre

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Gratuit%C3%A9_des_transports_en_commun

     

     

    4- En cours

     

    Les changements sont en cours dans plusieurs grandes villes françaises. Citons l’exemple de la communauté urbaine de Dunkerque (qui gère l’ensemble des transports internes de la CUD qui comporte 18 villes et 300 000  habitants )  qui vient de passer à la gratuité totale les week end depuis le 01/09/2015 avec le plan de réaliser la gratuité totale d’un réseau rénové et amélioré dans ses dessertes d’ici 2018

    http://carfree.fr/index.php/2015/04/22/dunkerque-vers-un-reseau-de-bus-plus-rapide-plus-efficace-et-gratuit

    A noter que ce projet est soutenu toute opinion politique confondue !

    Nous verrons dans un prochain article ce qui pourrait être proposé pour Chaville et GPSO

     

    Pour en savoir plus :

    http://www.franceinfo.fr/emission/ici-comme-ailleurs/2013-2014/transport-gratuit-un-modele-qui-fait-son-chemin-en-france-10-11-2013-08-20

    http://www.spirale.attac.org/content/transports-en-commun-gratuits-lexemple-daubagne

    https://www.monde-diplomatique.fr/2012/10/DOUMAYROU/48294

    http://www.ville-gap.fr/fr/citoyen/vivre-a-gap/transports-urbains/linea.html

     

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter