• Conseil Municipal du 31 mars 2016

    Le budget 

    Sans entrer dans le détail de l’analyse du budget, on notera que tendanciellement,  les ressources communales vont continuer à se réduire dans le temps (du fait en particulier de la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement).   On est surpris de voir qu’il n’y a pas réellement de trajectoire budgétaire sur le long terme pour prendre en compte cet enjeu.  Quels sont les changements stratégiques à engager dès maintenant pour préparer une certaine frugalité municipale tout en préservant le service aux Chavillois les plus fragiles ?

    Quelques autres faits marquants de ce conseil en marge de l’examen du budget. 

    Le projet immobilier du 50 rue Alexis Maneyrol

    Une longue discussion s’est tenue autour des aménagements prévus au 50, rue Alexis Maneyrol.  Il s’agit d’une part de réaliser une opération immobilière de 83 logements (dont 21 logements sociaux de type PLAI) et de moderniser les équipements sportifs et associatifs présents.

    Si au global cette opération immobilière présente un certain nombre d’atouts, elle suscite une vive inquiétude des riverains quant aux conséquences éventuelles du projet sur les habitations voisines.  En effet, tous les Chavillois savent très bien que le terrain est gorgé d’eau et qu’il y a des risques de mouvements de sol dans la durée jusqu’à 500 m autour du projet.  J’ai particulièrement insisté sur ce point qui motive un vote « contre ».

    L’adjoint au Maire chargé de l’aménagement a donné son accord pour qu’une réunion d’information soit organisée sur le sujet.  C’est lors de cette réunion qu’il faudra que les différentes associations et collectifs fassent valoir leurs préoccupations et si besoin, demandent une étude indépendante du promoteur.

    Un vœu pour le désinvestissement carbone

    La commune de Chaville traite avec un certain nombre d’organismes financiers.  Elle se doit donc de s’intéresser aux impacts des politiques d’investissement de ces organismes sur le changement climatique.  J’ai proposé à la majorité qu’un texte soit voté en ce sens.  C’est l’objet du vœu ci-après, coproduit avec la majorité municipale et donc voté à l’unanimité.

     

     Mise en place du double sens cyclable à Chaville

    Les associations La Ville à Vélo et Chaville Environnement ont proposé à la ville de Chaville un plan de circulation apaisée et la mise en place du double sens cyclable (DSC) sur certaines voies.  Bonne nouvelle : une partie des propositions a été approuvée et sera prochainement mise en place (par arrêté du Maire).   Il faut l’avouer, Chaville faisait figure de mauvais élève sur ce point puisque le DSC était déjà en place à Sèvres, Ville d’Avray et Viroflay !

    On peut cependant regretter que ni les associations, ni les élus, n’aient été informés ou associés à la mise en place du dispositif.  Sur ce point le Maire s’engage à programmer prochainement une réunion d’information avec les deux associations concernées.

    Retour sur la vie démocratique et la volonté politique

    On reste encore globalement étonné du manque de pertinence de l’organisation du Conseil Municipal.  Comme déjà évoqué, le Maire ne présente aux élus que ce que la loi lui impose de présenter (le Code général des collectivités territoriales – le CGCT).

    Rien n’est fait pour que l’on comprenne la politique menée (indépendamment de tout positionnement partisan), ni sur le plan global, ni sur le long terme.   Tout est examiné sous le micro-prisme de telle ou telle délibération.  Certains sujets d’importance ne sont pas évoqués « puisque le CGCT  ne le prévoit pas ».  Je pense en particulier à la mise en place du double sens cyclable qui peut faire l’objet d’un arrêté municipal sans consultation des élus.  A l’inverse, le conseil doit voter une délibération pour autoriser le Maire à signer un avenant portant sur une modification marginale du périmètre d’un contrat de maintenance d’installations thermiques (enjeu de 157,32€ TTC).  A ce sujet, on ne comprend toujours pas pourquoi ledit contrat ne prévoit pas d’intéressement à la performance énergétique, voire de contrat de performance énergétique…  La commune du Puy Saint-André (Hautes-Alpes), peuplée de 500 habitants, serait capable de monter une SEM pour produire sa propre énergie solaire (http://www.reporterre.net/Le-village-ou-les-habitants-gerent-eux-memes-l-energie-du-soleil), mais la Ville de Chaville serait incapable de mettre en place un contrat de performance énergétique !!!

    Bon printemps à tous !

    David Ernest

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter