• Lutte contre le dérèglement climatique: la restauration des cycles locaux de l'eau

    D'après Michal Kravcik, ingénieur hydrologue,  les éco-systèmes locaux liés à l'eau ont une importance considérable dans l'équilibre climatique de la planète. L'impact des activités humaines : déforestation, mono-culture, imperméabilisation des sols...sont comme les gaz à effet de serre responsables des changements climatiques. Les phénomènes climatiques extrêmes ,les inondations, les sécheresses , la disparition des sources, l'assèchement des nappes phréatiques, la disparition des terres arables ...peuvent être endigués avec des techniques simples  qui demandent peu de moyens . Il s'agit de rendre l'eau à la terre : à nous de prendre notre part!

     

    Le guide ci-dessous publié par la Fondation Frande - Libertés explique très clairement les recherches et les propositions de l'hydrologue.

     

     

     Les alternatives

    Pour rétablir les microclimats et pleinement intégrer les villes et les espaces urbanisés au bon fonctionnement du cycle local
    de l’eau, il est nécessaire de
    mettre en place des dispositifs permettant à l’eau de pluie de rester dans le cycle et de
    ne pas quitter les bassins versants
    , mais aussi de
    traiter les eaux usées pour qu’elles puissent s’infiltrer sur pl
    ace.
    Pour que les précipitations gardent leur rôle clé dans le cycle local de l’eau, il faut restaurer les espaces naturels où elles
    peuvent tomber, s’écouler et s’infiltrer. Il s’agit de
    « désimperméabiliser » les villes et d’y faire revenir la nature.
    A Bruxelles, en Belgique, un groupement d’habitants s’est retrouvé sous la bannière du super-héros Super-Désasphaltico
    pour lutter pour un paysage urbain perméable. Des actions de « désasphaltage » ont été lancées, s’attaquant aux
    espaces imperméables recouverts d’asphalte, de goudron ou de pavés en béton et permettant aux surfaces dégagées
    de remplir à nouveau leur rôle de substrat organique, aux végétaux de réapparaître en ville et au fonctionnement du
    cycle local de l’eau d’être amélioré [37].
    La
    végétalisation des surfaces urbaines
    permet aussi, comme le rappellent l’Union Nationale des Entrepreneurs
    du Paysage et l’Observatoire des villes vertes dans leur manifeste « Des jardins pour le climat », de s’adapter au
    changement climatique en jouant le rôle de climatiseur urbain et en recréant des îlots de fraicheur en ville [38]. Dans
    cette optique, mais aussi pour améliorer la qualité de son eau, la ville d’Adelaïde, en Australie, a lancé le projet « Million
    Trees Program», grâce auquel 3 millions d’arbres et de buissons endémiques ont été plantés entre 2006 et 2013

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter