• Ne brûlez pas les feuilles mortes, donc ne jetez vos feuilles mortes dans la poubelle!

    d'après un écrit paru  dans Univers-Nature

    Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
    Les souvenirs et les regrets aussi
    Et le vent du nord les emporte
    Dans la nuit froide de l’oubli.

    Ces quelques vers de Jacques Prévert chantés par Yves Montand nous ramènent, inévitablement, à la période que nous vivons actuellement. A l’automne, les arbres se dénudent, les feuilles jonchent les sols. En ville, les services municipaux s’occupent de tout, ramassent ces déchets verts pour éviter les accidents : laissez-les quelques jours par terre, ajoutez un ou deux épisodes pluvieux, et vous obtenez rapidement une patinoire pour pas cher. Mais si vous êtes un particulier, que vous avez un peu (ou beaucoup) de terrain parsemé de quelques arbres, et que vous ne savez pas quoi faire de vos feuilles mortes, voici quelques conseils.

    Tout d’abord, ne les mettez surtout pas à la poubelle en attendant que les éboueurs viennent vous en débarrasser. En alourdissant le poids de vos ordures, il faudra vous attendre à une hausse de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères l’an prochain. Si vous ne supportez pas la vue de ces déchets verts, emportez-les à la déchèterie la plus proche, une benne spéciale est prévue à cet effet. Sinon, vous pouvez offrir à toutes ces feuilles mortes une seconde vie.

    La première option consiste à les utiliser pour le paillage. Rassemblez-les toutes au même endroit, et passez la tondeuse à gazon dessus pour les réduire en miettes. Ramassez l’agrégat obtenu pour le disperser sur les pieds des plantes vivaces (iris, oeillet,  primevères, myosotis, etc…) et des bulbes. Cette couche déposée sur le sol le protègera du froid, évitera que l’eau qu’il contient ne s’évapore trop vite et, en se décomposant, elle apportera les nutriments nécessaires aux plants pour passer l’hiver sereinement.

    L’autre option, déjà bien connue, c’est le compostage. Si vous avez déjà un bac prévu à cet effet, vous pouvez sans soucis y ajouter toute cette nouvelle matière organique qui ne demande qu’à se décomposer au milieu des restes de repas, boîtes et coquilles d’oeufs, cartons, etc… D’ici quelques mois, en aérant et en arrosant régulièrement votre mélange, vous obtiendrez un compost de première qualité qui vous permettra de redémarre votre jardin quand les beaux jours seront en vue.

    Précision utile toutefois : prenez soin d’écarter, pour le paillage ou le compostage, les feuilles d’arbres fruitiers : celles-ci sont souvent malades et portent pas mal de parasites. Rendez-vous au printemps pour mesurer l’efficacité de ces quelques conseils !

     

    Benjamin . 29/11/2013
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter