• Pollution aux nitrates : la France à nouveau condamnée

    Hier, jeudi 4 septembre, la France a de nouveau été condamnée par la cour de justice européenne pour son incapacité à améliorer la qualiyé de ses eaux : elle n'a jamais respestée les directives de 1991 sur les nitrates et les pollutions d'origine agricole !

     La mollesse de l'attitude de la France a été très sévèrement stigmatisée par l'avocate générale.

    RÉGLEMENTATION FRANÇAISE TROP LAXISTE

    L'essentiel du problème des nitrates résulte de l'excès d'azote qui ruisselle sur les terres agricoles vers les rivières. Or la réglementation française est jugée bien trop laxiste sur les dates et les durées d'épandage de lisier et autres fertilisants azotés. Elle permet de traiter  des champs très pentus ou gelés et se contente d'imposer  des capacités de stockage insuffisantes.

    Or la pollution rend l'eau de plus en plus difficile à traiter  et donc de plus en plus chère au robinet, tandis que sur le littoral maritime les algues vertes gagnent du terrain bien au-delà de la Bretagne .

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/09/04/pollution-aux-nitrates-la-france-de-nouveau-condamnee-par-la-justice-europeenne_4481614_3244.html

    http://www.frequenceterre.com/2014/09/04/nitrates-co2-france-prefere-payer-se-mettre-aux-normes/

     

    Une réglementation qui favorise la pollution

    La France pourrait faire valoir, pour sa défense, le fait qu’elle a établi – en juillet dernier – une nouvelle cartographie des zones vulnérables aux nitrates agricoles, dans laquelle se trouvent désormais incluses 70% de la surface agricole utile française, et quelque 23 000 communes. A vrai dire, elle n’avait pas trop le choix, puisqu’elle a été condamnée en juin 2013 par la justice européenne pour désignation incomplète de ces zones vulnérables...

     

    Mais désigner n’est pas forcément agir, et c’est justement le manque d’action qui est reproché à la France . Pis, l’Hexagone a pris ces dernières années des mesures qui, au final, empêchent de lutter efficacement contre la pollution aux nitrates : un décret de décembre 2013 augmente le seuil au-delà duquel il faut obtenir une série d’autorisations pour lancer un élevage industriel de porcs, les regroupements d’élevage ont été facilités, le plafond d’azote organique qu’une exploitation peut produire a été relevé, etc.

    Il est probable que la France ne puisse pas non plus respecter l’objectif de « bon état écologique » de deux tiers des eaux de surface en 2015 fixé par la directive cadre sur l'eau. Ce qui l’expose à de nouvelles amendes.

    http://www.terraeco.net/Directive-nitrates-la-France-va,56242.html

    Et si on faisait payer les pollueurs au lieu de solliciter les contribuables ???

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter