• Pourquoi Chaville en Transition s’engage dans les municipales 2014 ?

     

    Le mouvement des Villes en Transition a émergé notamment suite au constat qu’il ne fallait plus attendre grand-chose des « gouvernants » pour mettre en œuvre la transition écologique. Il se fonde sur la prise en main directe par les citoyens, au niveau local, des actions nécessaires à cette transition. Nous appelons ces actions « l’écologie concrète ».

    Mais alors, pourquoi s’engager dans la campagne des municipales qui vise justement à accéder au « gouvernement » local ?

    Tout d’abord, la présence éventuelle de représentants de Chaville en Transition dans l’exécutif local n’enlèvera rien à la poursuite des actions directes de terrain (sensibilisation au compostage, mise en place se jardins partagés, etc.) et ce, quelque-soit la majorité municipale. Nous pensons cependant qu’un conseil municipal peut SOUTENIR des initiatives de transition et faciliter leurs mises en œuvre. Il ne doit pas pour autant en prendre la DIRECTION qui doit rester au niveau des citoyens.

    Chaville en Transition animera ou participera à une liste d’intérêt local qui soutiendra cette approche.

    Exemple d’application concrète : les jardins partagés.

    Un particulier peut prendre l’initiative de mettre en place et d’ouvrir au public des jardins partagés sur une emprise privée lui appartenant. Aucune autorisation auprès de la Mairie n’est nécessaire. Celle-ci peut simplement soutenir la démarche par exemple avec une communication dans Chaville Magazine.

    En revanche, si un groupe de citoyens « sans terrain » souhaite accéder à des emprises publiques ou privées pour s’adonner au maraichage ou pour entretenir un verger abandonné, la contribution de la Mairie sera décisive. Et la présence d’un élu prêt à soutenir le projet est donc essentielle.

    Avant toute chose, le groupe de citoyen se constituera en association ou rejoindra une association existante.

    Deux cas peuvent se présenter :

    • Le terrain appartient à la collectivité locale ou à une SEM départementale : la Mairie met en place une convention entre la ville et l’association. Cette convention décrit les droits et devoirs de chacun. Elle précise également les éventuels moyens mis en place par la ville. On peut tout à fait imaginer une occupation temporaire d’une zone en attente de construction (telle l’emprise au carrefour de la rue Carnot et de la rue Martial Boudet)

    • Le terrain est privé (bailleur social, RFF, personne privée) : la Mairie aura un rôle important de négociation avec le propriétaire pour obtenir une convention d’occupation profitable à toutes les parties pour rendre le projet possible.

     

    Liens sur le blog

    Carnet Vert : naissance d'un nouveau jardin !

    Colibris + Incroyables Comestibles = Nourriture à partager

     

    Pour en savoir plus : l’initiative parisienne : http://www.paris.fr/pratique/jardinage-vegetation/jardins-partages/comment-creer-un-jardin-partage/rub_9111_stand_10187_port_22123

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter