• Cet hiver, les arbres sur les talus ferroviaires sur la ligne Paris Saint Lazare -Chaville  ont été coupés de manière systèmatique et à raz, laissant aux riverains, aux passagers et aux Chavillois en général un spectacle de désolation. Chaville Environnement a réagi et a écrit à JJ .Guillet et à RFF. Réseau Férré de France est l'organisme public qui gère voies ferrées et talus pour la SNCF.  Ces différents échanges : courriers, article dans Chaville magazine, ont démontré l'attachement des Chavillois à leur environnement.

    Il est cependant possible de prévenir ces coupes en travaillant en amont en partenariat avec les différents organismes et services concernés.

    L'exemple de Vanves, commune de GPSO est très intéressant . Lors des ateliers d'élaboration du schéma de la Trame Verte et Bleue, les témoignages concordaient pour dire que la gestion des talus ferroviaires sur Vanves était un non-problème ! En effet, depuis 2009, la ville de Vanves a signé une convention avec RFF et fait entretenir les talus ferroviaires de la commune par l'association Espaces. Des jardins familiaux ont été installés . Le foncier est valorisé, la biodiversité se porte bien , la SNCF est satisfaite . Ces remarques confortent la proposition de Chaville en Transition d'investir davantage les talus ferroviaires quand ils sont facilement accessibles pour développer l'agriculture urbaine sous forme de jardins partagés.

     

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • ou comment calculer notre empreinte écologique positive .

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • il  y  a beaucoup de façons de participer à la transition énergétique.  L'investissement  en est une .  Avec Energie-partagée, vous avez maintenant cette possibilité de mettre  votre investissement  à  la disposition de projects locaux , citoyens d'énergies et de maitrise de l'énergie.

    L'investissement  Energie-partagée se décrit ainsi: 

    Rassembler les capitaux nécessaires au financement des installations portées par des structures mixtes réunissant habitants, collectivités et acteurs privés est le défi à relever!

    Avec Énergie Partagée, investissez dans les énergies renouvelables citoyennes. Porté par des acteurs reconnus des énergies renouvelables et de la finance solidaire   Énergie Partagée Investissement vous propose de souscrire des actions de 100 euros qui fourniront les fonds propres nécessaires aux projets locaux et citoyens de production d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique, avec possibilité d’orienter son investissement vers un projet en particulier.

    Pour souscrire des actions en ligne et découvrir les projets soutenus , rendez vous sur : 

    www.energie-partagee.org

     

    Le Mouvement Énergie Partagée 

    •La Charte Énergie Partagée, signée en mai 2010 par les fondateurs définit les valeurs du mouvement et engage l’ensemble des acteurs et des partenaires.

    •L’Association Énergie Partagée rassemble, sur tous les territoires, les organisations porteuses de projets citoyens d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique. Elle les accompagne dans la construction du projet (outils méthodologiques, partage de l’expérience, ancrage local et travail de réseau), en lien avec les collectivités locales.

    •Énergie Partagée Investissement (EPI) est l’outil financier solidaire au service du mouvement. C’est une Société en Commandite par Actions (SCA), qui gère et investit le capital souscrit par les actionnaires solidaires dans des projets citoyens de production d’énergie renouvelable et de maitrise de l’énergie.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Les ateliers d'élaboration du schéma de la Trame Verte et Bleue ont eu lieu le mardi 28 Mai à Chaville. La restitution des résultats de l'ensemble des communes de GPSO a été présentée les jeudi 27 et vendredi 28 Juin. Pour Chaville , ont été invités aux ateliers par GPSO ( sur conseil de la municipalité) des représentants d' associations , des élus, des membres de différentes instances locales (CC2D, CVL).Les ateliers étaient animés par 2 bureaux d'étude spécialisés dans le développement durable.

    Le 28 Mai, les ateliers se sont déroulés en 2 parties.

    Le matin une visite sur le terrain guidée par un écologue , Vincent Vignon,  a permis de redécouvrir les lisières de forêt ( du bas de la route du pavé des Gardes jusqu'à la passerelle de la femme sans tête en passant par la route de l'étang Saint Denis et le val Saint Olaf). Ensuite, le circuit a permis d'observer le bati dans un quartier urbanisé (rues de la porte dauphine, du lac,de la passerelle). Finalement, le circuit a permis d'observer le secteur de l'étang de l'Ursine.

    Ces différents circuits avaient pour objectif d'observer les continuités et les discontinuités écologiques.

     L'écologue expliquait très précisèment les enjeux de cette trame Verte et Bleue et donnait très clairement des pistes à suivre ou bien les erreurs à éviter. Il y a eu de nombreux échanges et beaucoup de participation.L'écologue était très à l'écoute et très réceptif aux interventions.C'était très enrichissant.

    Les points noirs sur Chaville

    Les axes routiers, ferroviaires rompent la continuité écologique : par la circulation,  le bruit, l'éclairage, l'imperméabilisation sols, la pollution des eaux.

    Les espèces et essences invasives prolifèrent (chevreuils (!),  ragondin, renouée du japon, laurier du caucase, arbres aux papillons...)

    L'espace bati ne respecte pas la biodiversité: suppression de murs végétalisés ( lianes, ) , imperméabilisation des sols, coupe d'arbres, clôtures et murs empêchant la circulation de la petite faune. le manque de végétaux créent de gros écarts de température entre le milieu bâti et le milieu boisé.

     

    Les sources et les rus sont canalisés. Les mares ne sont pas entretenues.

    Les espaces prairiaus sont tondus.

     

    L'après-midi , après une présentation des territoires de GPSO et des enjeux, les participants ( divisés en petit groupe) ont déterminé , ce qui leur paraissait être des continuités ou des discontinuités écologiques à Chaville.Il s'agissait de dessiner sur des grandes vues aériennes de Chaville. En pléniaire, il a été élaboré une hiérarchisation des priorités en terme de valorisation et de restauration. Les talus ferroviaires on été présentés à la fois comme une continuité mais aussi comme une discontinuité. L'eau sous toutes ses formes ,très présente dans notre ville ( comme chaque Chavillois le sait) a été de nombreuses fois mise en avant.

     

    Ci -dessous La renouée du Japon : très belle plante qui envahit très rapidement les zones humides aux dépens des écosystèmes locaux ( faune et flore) car sans prédateur naturel.

    Les chèvres des fossés apprécient ces plantes. Certaines personnes la cuisinent en s'inspirant de recettes japonaises.

     

    Ateliers Trame Verte et Bleue

     

     

    Les feuilles du Laurier du Caucase (ci-dessous), restent toujours vertes et en font un arbuste ornemental très répandu. Ses feuilles et les noyaux de ses fruits sont toxiques. Ils'étend très rapidement en particulier en forêt où il déséquilibre l'éco-système local. Il n'a pas de prédateur herbivore ,les oiseaux ne s'installent pas dans ses branches .

     

    Ateliers Trame Verte et Bleue

     

     

    L'arbre aux papillons , introduit comme plante ornementale attire les papillons mais ne permet pas leur cycle vie: les chenilles ne se nourrissent pas de ses feuilles. Si l'arbre à papillons s'étend c'est aux dépens de la flore locale .

     

    Ateliers Trame Verte et Bleue

     

     

    Retours de l'ensemble des ateliers les 27 et 28 Juin.4 ateliers avec des thématiques reprenant les enjeux vus en atelier dans chaque ville en 2 parties

    • présentation par les bureaux d'études des résultats du diagnostic , des inventaires et des méthodes utilisées.
    •  propositions d'actions  d'abord en petit groupe puis restitution en pléniaire

     

    Les points forts de ces ateliers

    La mise en relation et des échanges entre des personnes qui ne se rencontrent pas forcément ( ex: associatifs et institutionnels) ont été très cordiaux et plutôt constructifs.

    Les points faibles

    Est-ce le choix des dates ou bien le manque d'anticipation du planning mais ces ateliers ont rassemblé peu de monde. La participation était confidentielle. Quelques dizaines de personnes ( à peine 30 ou 40 sur 300 000 hbts de GPSO). C'est dommage. Certaines associations (Val de seine Vert) n'ont pas été contactées. Il n'y avait pas  de représentants des personnes qui travaillent ou qui transitent sur le territoire.Certains participants (du conseil général en particulier) ont eu tendance à monopoliser la parole.

     

    La suite ....institutionnelle

    Il y aura une présentation des résultats aux élus en Septembre puis au public en Octobre  à la fête : Faites le plein d'énergie.

     

    liens

    cf Beauté fragile

    cf Trame Verte et Bleue : proposition d'actions

    cf Talus ferroviaires

     

     

     

     

    Annexes

    ci-dessous: cartes des continuités et des discontinuités écologiques à Chaville extraites d'un CR à compléter pour la fin Août (cliquer sur les cartes pour les aggrandir)

     

    Continuités

    Ateliers Trame Verte et Bleue

     

     

     

    Discontinuités

     

    Ateliers Trame Verte et Bleue

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • L'enquête publique sur le projet de Contrat de Développement Territorial de GPSO se termine le 5 Juillet.  Nous  invitons le plus de citoyens possible à y participer , à donner leur avis et à commenter celui de Chaville en Transition

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  • Avec Métropole du grand Paris.,quelles seront les compétences des différentes colectivités territoriales et en particulier en matière de logement? A lire l'interview de Emma Cosse, vice présidente de la région Idf sur le sujet.

    Le projet est en discussion à l'Assemblée Nationale  à consulter en ligne: projet de  texte de loi 

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Le chantier du centre ville est bien entamé et la rumeur courait . En creusant pour construire des parkings souterrains, les ouvriers sont tombés sur de l’eau , beaucoup d’eau. Tellement d’eau qu’une pompe a été nécessaire pour l’évacuer. Le débit est de 35 m3/hr (ou 3500l/hr) C'est un fort débit aussi important que celui de la source Saint Germain utilisée pour chauffer et refroidir le collège de Sèvres.

    A titre indicatif la consommation moyenne par habitant par jour est de 137l.

    Irène Nenner et Isabelle Dorison du Conseil communal de Développement Durable (CC2D) ont été autorisées à aller situer précisément , à l'aide d'un GPS,  l'origine de de cette eau.Cela correspond à la pompe  dans la cour d'une maison aujourd'hui démolie située  au bas de l'église. D'après Nicole Garcia qui a photographié cette pompe , l'eau y était potable.

    Actuellement, l'eau pompée est rejetée aux égouts mélangée aux eaux usées;elle est propre et immédiatement utilisable pour le nettoyage, l'arrosage, l'alimentation de fontaines, reconstitution de zones humides...La pompe consomme de l'énergie ; cette  eau pourrait servir à réduire les consommations d'énergie.

     

    Quelques photos  :

     

    1-Nous sommes au 2é sous-sol du parking: l'eau arrive à fleur de la dalle de béton.

     

    On leur avaient dit , ils l'ont trouvé ...le ru deMarivel ?

     

     

     

    2- Le chef de chantier montre la hauteur qu'atteindrait l'eau si elle n'était pas pompée.

    On leur avaient dit , ils l'ont trouvé ...le ru deMarivel ?

     

     

     

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Dans Terra Eco.net . (Pour voir l'article  sur le site Cliquer ici)
     
    Point de vue - Les annonces, les réactions et les failles : Arnaud Gossement, avocat spécialiste du droit de l'environnement, nous dit tout sur le retour de la « contribution climat énergie ».
     
     
    Les clés pour comprendre le débat pollué sur la « taxe carbone »

     

    (Crédit photo : Senor Codo - flickr)

     

    Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, vient d’annoncer que la décision de créer une « contribution climat énergie » (CCE) a été prise par le Premier ministre, avant de préciser qu’il y aurait « débat sur le montant et le rythme » de cette contribution à la rentrée. La promesse d’un débat très agité.

    Il suffit de se rappeler de l’âpreté du débat sur la taxe carbone en 2009 pour comprendre celui qui va suivre dans les prochains jours. En 2009, dès que la décision du Président de la République d’inscrire une contribution carbone dans le projet de loi de finances pour 2010 a été connue, un tir de barrage nourri a eu lieu.

    Les étapes du front des « antis » contribution climat énergie qui va se développer peuvent d’ores et déjà être anticipées.

    Première étape : la communication. Les sondages tout d’abord. Attendons nous dans les jours prochains à une salve de sondages où des questions bien rédigées permettront de s’assurer que 99% des Français interrogés sont hostiles à la taxe carbone. Nous aurons alors droit à des images dans les journaux télévisés de personnes âgées vivant à la campagne et dépendantes de leur voiture dont le carburant coûte déjà cher. Avec ce message en filigrane : la taxe carbone est injuste socialement. Certaines associations de consommateurs, rêvant que l’énergie reste bon marché en oubliant ses externalités négatives, donneront de la voix, organiseront des conférences de presse.

    Deuxième étape : réduire la contribution climat énergie à un cadeau de la gauche aux écologistes. En oubliant bien entendu que la mesure avait été étudiée lors du Grenelle, défendue par Jean-Marc Jancovici, portée par un gouvernement de droite, votée par une majorité de droite en 2009. La mesure n’est ni de droite ni de gauche : elle est nécessaire. D’une certaine manière, il est dommage que l’annonce du retour de la contribution climat énergie ait été faite lors de l’université d’été EELV. Ce qui permet déjà à certains éditorialistes de parler de cadeau ou de concession faite à ce parti.

    Troisième étape : tenter de mettre en place une nouvelle Commission, d’organiser un énième débat pour repousser aux calendes grecques le projet.

    Quatrième étape : mener un combat juridique, saisir le Conseil constitutionnel qui a déjà bloqué à deux reprises un projet de fiscalité carbone. Jamais deux sans trois ?

    La décision de créer une contribution climat énergie est-elle une bonne décision ? Oui sur le principe. Mais à quelques conditions.

    1. Il est important que cette contribution ne soit pas une nouvelle taxe qui augmente le montant général des prélèvements obligatoires. L’écologie ne peut être un prétexte au durcissement de la pression fiscale qui est en effet déjà (trop) importante. La contribution climat énergie doit à l’inverse permettre un transfert de fiscalité, laquelle pourrait moins peser sur le travail, plus sur la pollution. Il faut absolument démontrer que cette contribution n’est pas l’ennemie mais la condition d’une nouvelle prospérité économique.

    2. La contribution climat énergie ne doit pas être un droit à polluer. Mal définie, une taxe peut produire l’inverse de l’effet désiré. Un taux trop bas, une assiette exonérant sans motif certaines sources d’énergie : la mesure sera sans effet pour la lutte contre le changement climatique.

    3. La contribution climat énergie doit être juste socialement : son produit doit être fléché vers les plus modestes et permettre une véritable lutte contre la précarité énergétique. Chèque vert ou crédit d’impôt : il faudra débattre de la meilleure manière d’assurer cette redistribution.

    4. La CCE doit être accompagnée d’un ensemble de mesures destinées à moderniser notre industrie : celle-ci ne doit plus dépendre des cours des énergies fossiles qui diminuent chaque jour notre indépendance énergétique. Efficacité énergétique, énergies renouvelables, sobriété : des nouveaux gisements de prospérité peuvent être identifiés.

    5. La CCE ne doit pas être une taxe carbone : son but ne doit pas être la seule lutte contre le changement climatique, aussi important soit cet objectif. La protection des plus faibles face à l’augmentation du coût de l’énergie, la modernisation de notre industrie doivent être mis en avant.

    6. La CCE ne doit pas être une révolution fiscale brutale. Il faudra nécessairement procéder par petits pas, cranter, passer des étapes, permettre une adaptation en douceur de notre économie à cette nouvelle logique fiscale. Il faudra rappeler les exemples d’Etats étrangers – Suède ou Suisse – qui n’ont pas porté atteinte à leur croissance économique – bien au contraire – tout en instaurant une fiscalité carbone.

     

     

               

     

    A lire aussi :

    - Pour une analyse de la décision du Conseil constitutionnel du 28 décembre 2000 (taxe carbone Jospin) : c’est ici.

    - Pour une réaction sur la décision du Conseil constitutionnel du 29 décembre 2009 (taxe carbone Sarkozy) : c’est ici.

    - Une chronique pour Terra eco sur le faux retour de la taxe carbone en juin dernier : c’est ici

     

     Réagir (6)

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • ...comme arme de protestation massive

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La parole est aux images

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • "Une réapproriation citoyenne et artistique de l'espace public"

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  • Les soeurs du  Carmel Saint -Joseph offrent à Chaville de nouvelles perspectives en matière d'agriculture urbaine.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  • par Pierre Barret

    Le réchauffement climatique est "sans équivoque"

    6 ans après le 4ème rapport du Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) son président, le Dr Rajendra Pachauri, a présenté le Volume 1 "Changement climatique 2013 : les éléments scientifiques" du 5e rapport d'évaluation, suite à l'adoption du résumé à l'attention des décideurs. Consacré aux "éléments physiques du climat", ce volume 1 évalue les aspects scientifiques du système climatique et de l'évolution du climat. Décryptage et synthèse d'un bouleversement colossal largement sous-estimé.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Le protocole Hoffman ,  tout citoyen a le droit de voter dans le secret .

    Protocole Hoffmann

    Le protocole Hoffmann permet aux personnes n'ayant pas l'usage de leurs bras ou de leurs mains de voter en toute confidentialité, qu'il s'agisse d'un handicap durable ou momentané (bras cassé par exemple).

    Cette nouvelle manière de voter ne nécessite pas d'aménagement particulier du code électoral. En effet, en vertu de l'article L64 du code électoral : « Tout électeur atteint d'infirmité certaine et le mettant dans l'impossibilité d'introduire son bulletin dans l'enveloppe et de glisser celle-ci dans l'urne ou de faire fonctionner la machine à voter est autorisé à se faire assister par un électeur de son choix. » 

    La mise en place de protocole vise deux objectifs : 
    — que la personne aidée puisse voter vraiment librement, c'est-à-dire sans que la personne qui l'aide ait connaissance de son choix.
     
    — qu'une réflexion puisse s'amorcer à partir de ce modèle volontairement simplificateur afin de faire émerger des modèles perfectionnés plus satisfaisants (prise en compte d'autres formes de handicaps, renforcement du secret, etc.).

    Ce protocole est simple et GRATUIT , mais  il donne la possibilité à certaines personnes handicapées d’être des citoyen(ne)s comme tous les autres .

    Il va de soi que ce protocole ne peut pas être appliqué sur des ordinateurs ou des machines à  voter

     

    Vous trouverez de plus amples informations et le protocole simplifié  sur le lien suivant: 


    http://ethique-citoyenne.org/PH.html

    La transition, c'est aussi  la citoyenneté  garantie pour tous . 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Totnes, ville en transition ...

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire